L’impact des émotions dans une application mobile.

10 minutes de lecture

Lorsqu’ un développeur, un testeur ou un utilisateur clé teste une application il a tendance à se focaliser sur son utilisation, son ergonomie, sa fluidité …

Mais qu’en est-il de l’aspect émotionnel sur l’influence et la manière d’utiliser cette application ?

Question souvent négligée dans un contexte projet, et pourtant, n’oublions pas que nous sommes des utilisateurs d’applications et que de ce fait nous laissons nos émotions agir sur nos comportements quotidiens, sur nos prises de décisions…

Il existe plusieurs facteurs qui peuvent influencer l’aspect émotionnel d’un utilisateur lors de l’utilisation d’une application mobile . Dans ce post, nous nous intéresserons aux facteurs suivants :

  • L’environnement climatique
  • L’état d’esprit
  • L’autonomie
  • La culture

L’environnement climatique

Le froid, la chaleur, le brouillard, la pluie…impactent énormément nos attitudes et aspects comportementaux au quotidien.

Quand il fait froid par exemple, nous avons tendances à porter des gants et malgré les améliorations technologiques des appareils mobiles, il y a toujours des téléphones, phablettes…qui ne répondent pas au toucher lorsque les utilisateurs portent des gants non reconnus par les appareils tactiles.

Ce qui pousse les utilisateurs à retirer leurs gants pour utiliser l’application, sauf si le device fonctionne avec un stylet.

Dans ce cas de figure, l’utilisateur voudra terminer au plus vite les interactions qu’il a avec l’application. Ce qui risque d’altérer l’utilisation de l’application par manque de précision et par une lecture trop rapide

C’est l’une des raisons pour laquelle une application doit avoir des scénarios d’utilisation très courts et n’afficher que les informations les plus pertinentes aux yeux des utilisateurs. « L’optimisation » devient une nécessité.

Nous pouvons par exemple à ce titre, simplifier la navigation, épurer les écrans et réduire le nombre d’actions pour réaliser une tâche au sein de l’application.

Astuce :

Tester l’application dans les réelles conditions d’utilisations. Si votre application contient plusieurs thèmes, tester la avec chaque thème en plein soleil et à l’ombre par exemple.

L’état d’esprit

L’état d’esprit d’un utilisateur dépend de son entourage (professionnel et personnel) et de l’ensemble des émotions ressentis tout au long de la journée.

Prenons le cas de l’utilisateur qui a passé toute sa journée devant son ordinateur à cumuler beaucoup de stress liés à l’avancement de ses tâches.

En fin de journée son état de fatigue impactera ses capacités de réflexion, de concentration et …..

Pour anticiper ce genre de réaction, l’application doit être en mesure d’accompagner les utilisateurs durant ces moments de « faiblesses ». C’est pour cela qu’il est conseillé de choisir pour votre application des couleurs vives car elles stimulent et donne de l’énergie.

Eh oui ! Les couleurs ont une influence sur l’humeur des utilisateurs J !

Une autre approche consiste, à mettre en place une touche d’humour dans votre application via des phrases, des images ou des animations pour faire sourire l’utilisateur tout au long de l’utilisation de l’application.

L’autonomie

Lorsque nous développons une application, nous avons tendance à mettre de côté les utilisateurs en situation d’handicap tels que les daltoniens, les aveugles, les personnes qui ont des déficiences motrices… sauf si l’application leur est destinée.

Ce qui est dommage car lorsqu’il s’agit d’une application grand public, ce panel d’utilisateurs ne doit pas être mis de côté.

Par exemple en France nous avons 12 millions* de français qui sont touchés par un handicap.

Un utilisateur qui ressent des difficultés d’utilisation de l’application du fait de son handicap, génèrera une émotion d’exclusion de sa part. Ce qui le poussera à cesser d’utiliser l’application vu qu’il ne pourra pas l’utiliser comme elle se doit.

C’est pour cela qu’il est très utile de mettre en place des fonctionnalités ou scénarios qui accompagnent les utilisateurs en situation d’handicap tout au long de l’utilisation de l’application. Nous avons par exemple l’utilisation de Cortana dans une application mobile Universelle Windows.

La culture

Concevoir une application multilingue nécessite une approche particulière. Dans le sens où le panel d’utilisateurs possède un critère non négligeable : la diversité culturelle.

Chaque culture a ses spécificités et ses mœurs. Prenons le cas de la symbolique des couleurs.

Instinctivement, nous avons comme habitude que le bouton de validation d’une action positive soit vert et qu’à contrario le bouton d’une action négative soit rouge.

Si l’on se retrouve dans une application où c’est le contraire qui soit appliqué, notre première réaction serait de se demander s’il y a une erreur ou pas concernant le libellé de l’action. Ce qui génèrera un doute sur l’utilisation de l’application. Or pour un utilisateur résidant en Chine, pour lui ce n’est qu’un comportement normal de l’application.

 

Conclusion

L’aspect émotionnel d’un utilisateur joue un rôle considérable sur la manière dont il utilise une application mobile.

C’est pour cela, que tout au long de la conception et réalisation d’une application il est conseillé de se poser plusieurs questions sur les différents éléments qui peuvent influencer l’aspect émotionnel des utilisateurs.

Une application mobile ne doit pas être juste un logiciel, un jeu ou un site mais plutôt un produit qui accompagne, qui comprend et qui s’adapte aux utilisateurs.

Nous pouvons même dire qu’une application mobile doit être la continuité d’un utilisateur sur des besoins fonctionnelles spécifiques.

 

*Source : https://www.talenteo.fr/chiffres-handicap-2015/